Dar el Haddad - Direction des Muses de lINP

LHistoire : Lun des plus anciens palais de la Mdina
Edifi au sud-ouest des souks, dans lancien quartier des Beni Khorassan, le Dar Haddad est sans doute lun des plus anciens palais de la Mdina qui nous soit parvenu. Sa construction remonterait au XVIme sicle.

Au XVIIIme sicle, il appartenait Sad el Haddad el Andaloussi, descendant dune grande famille andalouse, immigre au XVIme sicle et qui sest enrichie par la fabrication et la commercialisation de la chchia. Peut-tre comptait-elle aussi quelques cheikh el andalous (chefs de la communaut) puisquon sait que le dernier avoir assum cette charge, avant son abolition en 1886, tait Hassouna el Haddad.
Suite la crise conomique, la famille des Haddad priclita ; il sen suivit labandon du palais et sa location plusieurs familles. Ctait donc une oukala trs dgrade lorsquen 1966 lEtat dcide dacqurir le palais et de le classer monument historique eu gard de son anciennet et de son intrt architectural. Restaur par les soins des services des Monuments Historiques, il abrite aujourdhui la Direction des Muses, dpartement de lInstitut National du Patrimoine.

Prcdant lentre, de par et dautre de limpasse, se rpartissent les annexes du palais : curies, makhzen et tourbet.
Deux skifa avec banquettes latrales conduisent la cour. La richesse des plafonds en bois peint qui apparait ds lentre et se retrouve dans les galeries et les chambres mrite une attention particulire. Il est noter galement, lusage exclusif du kadhal, le marbre blanc ntait pas encore de vigueur.

Malgr la sobrit des matriaux, la cour du Dar el Haddad affiche une monumentalit que lui procure la hauteur de ses faades intrieures (10,50 mtres) rapporte aux proportions de la cour elle-mme. Elle rappelle par cet aspect les cours des maisons marocaines, drives de celles dAndalousie.
La cour sencadre de trois portiques et dun mur niches. Les arcs briss, fortement outrepasss, retombent sur les chapiteaux par lintermdiaire dune imposte en paralllpipde, renforant ainsi la verticalit.
A ltage la galerie court sur les quatre cts. Les colonnes, reposant sur des bases pans coups et groupes par trois aux angles, sont relies par une balustrade en bois tourn.
Au niveau du toit, un linteau surmont dune range de corbelets en bois, est couronn de tuiles vertes.

La petite histoire : Du dar loukala
Le dpart massif des familles de le Mdina sest acclr suite au dpart des communauts europennes, au lendemain de lIndpendance. Il est surtout le fait des jeunes couples qui veulent chapper la cohabitation dans le cadre de la famille patriarcale. Dans la maison ancestrale ne restent que les vieux qui, en gnral, refusent de partir. Mais aprs le dcs de ceux-ci, les maisons est loue la pice des familles venues du monde rural la recherche de travail dans la capitale.

Le dar devient oukala. Le mot dsigne traditionnellement un lieu dhbergement collectif, temporaire et rserv aux clibataires.
Dans cette forme doccupation de la demeure patriarcale, il sagit dun habitat permanent et familial. Les sociologues et les architectes se penchent sur le phnomne pour le quantifier et lanalyser. On dcouvre alors que le nombre de familles partageant la mme demeure peut atteindre la dizaine et plus, tant donne la taille des demeures.
On constate galement linadquation de la demeure familiale loccupation par plusieurs familles non apparentes car celle-ci dissocie les chambres des services, utilises en commun dans la logique de la communaut des biens.

Dans le cas de loukala, la chambre concentre toutes les fonctions ; on y installe la cuisine, un point deaula cour elle-mme se trouve compartimente pour permettre chaque famille de sapproprier un petit coin ciel ouvert, si indispensable lorganisation de la vie domestique dans notre culture.
Ces entorses, justifies sur le plan social, ont port atteinte au patrimoine bti.

Ds les annes 80, les autorits ont dcid lradication de ce phnomne. Les occupants des oukala ont t relogs, titre de propritaires, dans des logements populaires en zones priurbaines.
Les monuments prsentant un intrt architectural comme le Dar el Haddad ont t restaurs et vous une fonction qui sied leur valeur patrimoniale !

Dar el Haddad - Direction des Muses de lINP

LHistoire : Lun des plus anciens palais de la Mdina
Edifi au sud-ouest des souks, dans lancien quartier des Beni Khorassan, le Dar Haddad est sans doute lun des plus anciens palais de la Mdina qui nous soit parvenu. Sa construction remonterait au XVIme sicle.

Au XVIIIme sicle, il appartenait Sad el Haddad el Andaloussi, descendant dune grande famille andalouse, immigre au XVIme sicle et qui sest enrichie par la fabrication et la commercialisation de la chchia. Peut-tre comptait-elle aussi quelques cheikh el andalous (chefs de la communaut) puisquon sait que le dernier avoir assum cette charge, avant son abolition en 1886, tait Hassouna el Haddad.
Suite la crise conomique, la famille des Haddad priclita ; il sen suivit labandon du palais et sa location plusieurs familles. Ctait donc une oukala trs dgrade lorsquen 1966 lEtat dcide dacqurir le palais et de le classer monument historique eu gard de son anciennet et de son intrt architectural. Restaur par les soins des services des Monuments Historiques, il abrite aujourdhui la Direction des Muses, dpartement de lInstitut National du Patrimoine.

Prcdant lentre, de par et dautre de limpasse, se rpartissent les annexes du palais : curies, makhzen et tourbet.
Deux skifa avec banquettes latrales conduisent la cour. La richesse des plafonds en bois peint qui apparait ds lentre et se retrouve dans les galeries et les chambres mrite une attention particulire. Il est noter galement, lusage exclusif du kadhal, le marbre blanc ntait pas encore de vigueur.

Malgr la sobrit des matriaux, la cour du Dar el Haddad affiche une monumentalit que lui procure la hauteur de ses faades intrieures (10,50 mtres) rapporte aux proportions de la cour elle-mme. Elle rappelle par cet aspect les cours des maisons marocaines, drives de celles dAndalousie.
La cour sencadre de trois portiques et dun mur niches. Les arcs briss, fortement outrepasss, retombent sur les chapiteaux par lintermdiaire dune imposte en paralllpipde, renforant ainsi la verticalit.
A ltage la galerie court sur les quatre cts. Les colonnes, reposant sur des bases pans coups et groupes par trois aux angles, sont relies par une balustrade en bois tourn.
Au niveau du toit, un linteau surmont dune range de corbelets en bois, est couronn de tuiles vertes.

La petite histoire : Du dar loukala
Le dpart massif des familles de le Mdina sest acclr suite au dpart des communauts europennes, au lendemain de lIndpendance. Il est surtout le fait des jeunes couples qui veulent chapper la cohabitation dans le cadre de la famille patriarcale. Dans la maison ancestrale ne restent que les vieux qui, en gnral, refusent de partir. Mais aprs le dcs de ceux-ci, les maisons est loue la pice des familles venues du monde rural la recherche de travail dans la capitale.

Le dar devient oukala. Le mot dsigne traditionnellement un lieu dhbergement collectif, temporaire et rserv aux clibataires.
Dans cette forme doccupation de la demeure patriarcale, il sagit dun habitat permanent et familial. Les sociologues et les architectes se penchent sur le phnomne pour le quantifier et lanalyser. On dcouvre alors que le nombre de familles partageant la mme demeure peut atteindre la dizaine et plus, tant donne la taille des demeures.
On constate galement linadquation de la demeure familiale loccupation par plusieurs familles non apparentes car celle-ci dissocie les chambres des services, utilises en commun dans la logique de la communaut des biens.

Dans le cas de loukala, la chambre concentre toutes les fonctions ; on y installe la cuisine, un point deaula cour elle-mme se trouve compartimente pour permettre chaque famille de sapproprier un petit coin ciel ouvert, si indispensable lorganisation de la vie domestique dans notre culture.
Ces entorses, justifies sur le plan social, ont port atteinte au patrimoine bti.

Ds les annes 80, les autorits ont dcid lradication de ce phnomne. Les occupants des oukala ont t relogs, titre de propritaires, dans des logements populaires en zones priurbaines.
Les monuments prsentant un intrt architectural comme le Dar el Haddad ont t restaurs et vous une fonction qui sied leur valeur patrimoniale !

9, impasse de lArtillerie

{mosmap width='200'|height='200'|lat='36.79566'|lon='10.169938'|zoom='14'|mapType='Plan'|text=''|tooltip='DWO'|marker='1'|align='center'}

Voir plus

Palais et Grandes Demeures
Mosques et Zaouias
Souks et Artisans
Dcouvertes