Dar el Mdina Htel de charme

LHistoire : La quitude dune demeure traditionnelle

Le Dar Bellahouane, occup de gnration en gnration par la mme famille depuis le XVIIIme sicle, dcide de suivre lvolution de la Mdina. Celle-ci attire de plus en plus les visiteurs frus de culture depuis son classement sur la liste du patrimoine mondial en 1979. Les visiteurs ne se contentent plus de quelques heures rserves par les agences pour la dcouverte de ce patrimoine ; ils rclament une immersion totale dans la vie de la Mdina. Ce souhait, cest le Dar Bellahouane, devenu Dar el Mdina, qui le leur offre.

Lorsquune famille tunisoise, dorigine turque, ouvre sa paisible demeure des htes, elle le fait dans les rgles de lhospitalit ancestrale, rgles perceptibles ds laccueil. On a aboli la chicane, faite pour filtrer les visiteurs dans lorganisation de la vie patriarcale.
Lentre se fait par un couloir clair et agrment de verdure, avec une vue en enfilade sur la rception.
A gauche de lentre, souvre lancien makhzen (magasin provisions de la famille). La brique des voutes et la pierre des murs shabillent dun enduit ocre pour accueillir la salle manger.

La cour ciel ouvert doit sa sobrit llgance de la pierre calcaire (kadhal) du pavement, des encadrements des portes et fentres ainsi que des colonnes et chapiteaux de ltage. Ici, le marbre blanc de Carrare na pas russi dclasser le kadhal comme partout ailleurs dans les demeures quelque peu riches. Seule la niche abritant la bouche de la citerne est bien en vidence avec son arc claveaux noirs et blancs.

Le salon correspond une ancienne chambre conjugale sachant quautour de la cour cohabitaient le pre et les fils maris. Le salon a conserv une belle frise en pltre sculpt dont la blancheur clatante contraste avec la polychromie du plafond en bois peint.

Les dames, jadis, sactivaient dans la cuisine commune sous lil vigilent de la belle-mre. Lespace, amnag aujourdhui en caf maure, est mconnaissable. Des banquettes couvertes en tapis en flig (tissage des tentes de nomades) et une profusion de coussins aux couleurs douces invitent au repos.

Les chambres des htes, au nombre de douze, se rpartissent autour de la cour principale et dune deuxime cour ltage. Celle-ci prsente un ingnieux calepinage au sol, fait dun patchwork de vieux carreaux polychrome.
Les chambres sont si diffrentes quil est difficile de donner sa prfrence lune au dtriment de lautre. Chacune a son plan, sa dcoration, sa lumire et son ambiance.

On ne peut pas quitter le Dar el Mdina sans profiter de la superbe vue panoramique offerte par ses terrasses.

La petite histoire : La chambre conjugale

La chambre est lquivalent dun appartement. Bien que dun seul tenant, elle rpond diverses fonctions.

Face lentre, un dfoncement, le qbou, est meubl de trois banquettes en U ; il est rserv la rception.

A droite et gauche de lentre se prolongent les cts de la pice dont chaque extrmit ou tarkina est meuble par un grand lit qui occupe toute la largeur de la pice. Il est surmont par un ciel de lit et est ferm, en partie, par un devant de lit en boiserie finement ouvrage peinte ou ouvrage et dore. Il apparait ainsi comme un crin douillet et richement tapiss. La garniture est constitue dun matelas bourr de laine, de trois traversins et de plusieurs coussins. Les murs, sur les trois cts, sont tapisss dun riche hayti, tentures de soie, garnies dapplications en couleur qui protgent du contact froid des faences murales. Les deux maksoura (chambrettes) flanquant lalcve salon sont rserves aux enfants ou simplement comme espace de rangement.

Cette chambre polyvalente, utilise la fois comme salon, chambre des parents et chambre des enfants, portait le nom de la mre de famille qui loccupait et qui en tait, symboliquement et de fait, la matresse. Ainsi autour de la cour sont dsignes les chambres.
Le Dar el Mdina perptue cette tradition qui honore la femme en donnant ses chambres des prnoms fminins puiss dans le rpertoire dantan ; elles sappellent Douja, Daddou, Fafani ou Bibi


Dar el Mdina Htel de charme

LHistoire : La quitude dune demeure traditionnelle

Le Dar Bellahouane, occup de gnration en gnration par la mme famille depuis le XVIIIme sicle, dcide de suivre lvolution de la Mdina. Celle-ci attire de plus en plus les visiteurs frus de culture depuis son classement sur la liste du patrimoine mondial en 1979. Les visiteurs ne se contentent plus de quelques heures rserves par les agences pour la dcouverte de ce patrimoine ; ils rclament une immersion totale dans la vie de la Mdina. Ce souhait, cest le Dar Bellahouane, devenu Dar el Mdina, qui le leur offre.

Lorsquune famille tunisoise, dorigine turque, ouvre sa paisible demeure des htes, elle le fait dans les rgles de lhospitalit ancestrale, rgles perceptibles ds laccueil. On a aboli la chicane, faite pour filtrer les visiteurs dans lorganisation de la vie patriarcale.
Lentre se fait par un couloir clair et agrment de verdure, avec une vue en enfilade sur la rception.
A gauche de lentre, souvre lancien makhzen (magasin provisions de la famille). La brique des voutes et la pierre des murs shabillent dun enduit ocre pour accueillir la salle manger.

La cour ciel ouvert doit sa sobrit llgance de la pierre calcaire (kadhal) du pavement, des encadrements des portes et fentres ainsi que des colonnes et chapiteaux de ltage. Ici, le marbre blanc de Carrare na pas russi dclasser le kadhal comme partout ailleurs dans les demeures quelque peu riches. Seule la niche abritant la bouche de la citerne est bien en vidence avec son arc claveaux noirs et blancs.

Le salon correspond une ancienne chambre conjugale sachant quautour de la cour cohabitaient le pre et les fils maris. Le salon a conserv une belle frise en pltre sculpt dont la blancheur clatante contraste avec la polychromie du plafond en bois peint.

Les dames, jadis, sactivaient dans la cuisine commune sous lil vigilent de la belle-mre. Lespace, amnag aujourdhui en caf maure, est mconnaissable. Des banquettes couvertes en tapis en flig (tissage des tentes de nomades) et une profusion de coussins aux couleurs douces invitent au repos.

Les chambres des htes, au nombre de douze, se rpartissent autour de la cour principale et dune deuxime cour ltage. Celle-ci prsente un ingnieux calepinage au sol, fait dun patchwork de vieux carreaux polychrome.
Les chambres sont si diffrentes quil est difficile de donner sa prfrence lune au dtriment de lautre. Chacune a son plan, sa dcoration, sa lumire et son ambiance.

On ne peut pas quitter le Dar el Mdina sans profiter de la superbe vue panoramique offerte par ses terrasses.

La petite histoire : La chambre conjugale

La chambre est lquivalent dun appartement. Bien que dun seul tenant, elle rpond diverses fonctions.

Face lentre, un dfoncement, le qbou, est meubl de trois banquettes en U ; il est rserv la rception.

A droite et gauche de lentre se prolongent les cts de la pice dont chaque extrmit ou tarkina est meuble par un grand lit qui occupe toute la largeur de la pice. Il est surmont par un ciel de lit et est ferm, en partie, par un devant de lit en boiserie finement ouvrage peinte ou ouvrage et dore. Il apparait ainsi comme un crin douillet et richement tapiss. La garniture est constitue dun matelas bourr de laine, de trois traversins et de plusieurs coussins. Les murs, sur les trois cts, sont tapisss dun riche hayti, tentures de soie, garnies dapplications en couleur qui protgent du contact froid des faences murales. Les deux maksoura (chambrettes) flanquant lalcve salon sont rserves aux enfants ou simplement comme espace de rangement.

Cette chambre polyvalente, utilise la fois comme salon, chambre des parents et chambre des enfants, portait le nom de la mre de famille qui loccupait et qui en tait, symboliquement et de fait, la matresse. Ainsi autour de la cour sont dsignes les chambres.
Le Dar el Mdina perptue cette tradition qui honore la femme en donnant ses chambres des prnoms fminins puiss dans le rpertoire dantan ; elles sappellent Douja, Daddou, Fafani ou Bibi

64, rue Sidi Ben Arous
Tel : +216 71 56 30 22
www.darelmedina.com

{mosmap width='200'|height='200'|lat='36.799011'|lon='10.169519'|zoom='14'|mapType='Plan'|text=''|tooltip='DWO'|marker='1'|align='center'}

Voir plus

Palais et Grandes Demeures
Mosques et Zaouias
Souks et Artisans
Dcouvertes