Dar Bouderbala - Galerie Mdina

LHistoire :
La maison inonde de lumire Il sagit dun ali el dhiaf ou tage des invits dune grande demeure se dveloppant au rez-de-chausse et datant de la fin du XIXme sicle.
Aprs avoir t occup par la famille Bouderbala, il a t amnag, en 1984, en galerie dart dont linitiative revient la propritaire des lieux. Cette nouveaut dans les quipements de la Mdina a t salue par la presse comme une galerie unique en son genre qui allie le style ancien de larchitecture lesprit moderne, celui dune galerie dart, sans pour autant sacrifier lun lautre, sans les dnaturer .
La maison semble prdestine sa nouvelle fonction tant la lumire y est intense.
Lescalier dbouche sur un premier palier desservant un demi-niveau, compos de petites salles dont on a supprim les portes et les cloisons pour en faire des espaces dexposition ouverts. Une large fentre donnant sur les terrasses de la ville inonde lespace de lumire.
Quelques marches gauche conduisent la cour principale couverte par ce que les matres maons conviennent dappeler raqba (le cou) : une solution connue des romains (voir les maisons souterraines de Bulla Regia ou la Maison Africa reconstitue El Jem) qui consiste assurer lclairage de la cour partir de fentres hautes ouvertes sur les quatre cts, au niveau du plafond et donnant sur les terrasses latrales. Deux arcs accoupls, au fin dcoupage recti-curviligne, placs en vis--vis, sont autant dcoratifs que fonctionnels ; la raqba repose ainsi sur un plan carr.
Autour de la cour sorganisent les pices qui en reoivent la lumire et celle des larges ouvertures sur lextrieur, tout en prenant soin dviter les vis--vis et de prserver lintimit intrieure.
La Galerie Mdina na pas cess depuis sa fondation dorganiser des expositions thme, de faire connatre les jeunes peintres et de programmer des rtrospectives de grands matres.

La petite histoire :
La salle de bain Le Dar Bouderbala sest adapt au confort occidental en faisant installer la salle de bain dans la chambre. Traditionnellement, leau est bannie du lieu du coucher. Savez-vous pourquoi ?
Pour des raisons de superstition quant au contact avec ness lokhra (les autres) qui habitent les souterrains ; ce sont des tres malfiques et imprvisibles capables de remonter par les regards dvacuation et de nuire aux occupants de la chambre dans leur sommeil. Aujourdhui, on naccorde plus de crdit ces croyances et la salle de bain trouve facilement sa place dans la maksoura (chambrette) de la chambre en T.

Dar Bouderbala - Galerie Mdina

LHistoire :
La maison inonde de lumire Il sagit dun ali el dhiaf ou tage des invits dune grande demeure se dveloppant au rez-de-chausse et datant de la fin du XIXme sicle.

Aprs avoir t occup par la famille Bouderbala, il a t amnag, en 1984, en galerie dart dont linitiative revient la propritaire des lieux. Cette nouveaut dans les quipements de la Mdina a t salue par la presse comme une galerie unique en son genre qui allie le style ancien de larchitecture lesprit moderne, celui dune galerie dart, sans pour autant sacrifier lun lautre, sans les dnaturer .

La maison semble prdestine sa nouvelle fonction tant la lumire y est intense.

Lescalier dbouche sur un premier palier desservant un demi-niveau, compos de petites salles dont on a supprim les portes et les cloisons pour en faire des espaces dexposition ouverts. Une large fentre donnant sur les terrasses de la ville inonde lespace de lumire.

Quelques marches gauche conduisent la cour principale couverte par ce que les matres maons conviennent dappeler raqba (le cou) : une solution connue des romains (voir les maisons souterraines de Bulla Regia ou la Maison Africa reconstitue El Jem) qui consiste assurer lclairage de la cour partir de fentres hautes ouvertes sur les quatre cts, au niveau du plafond et donnant sur les terrasses latrales. Deux arcs accoupls, au fin dcoupage recti-curviligne, placs en vis--vis, sont autant dcoratifs que fonctionnels ; la raqba repose ainsi sur un plan carr.

Autour de la cour sorganisent les pices qui en reoivent la lumire et celle des larges ouvertures sur lextrieur, tout en prenant soin dviter les vis--vis et de prserver lintimit intrieure.
La Galerie Mdina na pas cess depuis sa fondation dorganiser des expositions thme, de faire connatre les jeunes peintres et de programmer des rtrospectives de grands matres.

La petite histoire :
La salle de bain Le Dar Bouderbala sest adapt au confort occidental en faisant installer la salle de bain dans la chambre. Traditionnellement, leau est bannie du lieu du coucher. Savez-vous pourquoi ?

Pour des raisons de superstition quant au contact avec ness lokhra (les autres) qui habitent les souterrains ; ce sont des tres malfiques et imprvisibles capables de remonter par les regards dvacuation et de nuire aux occupants de la chambre dans leur sommeil. Aujourdhui, on naccorde plus de crdit ces croyances et la salle de bain trouve facilement sa place dans la maksoura (chambrette) de la chambre en T.

11, rue Dar El Jeld
Tel : +216 71 56 13 77

{mosmap width='200'|height='200'|lat='36.797447'|lon='10.171203'|zoom='14'|mapType='Plan'|text=''|tooltip='DWO'|marker='1'|align='center'}

Voir plus

Palais et Grandes Demeures
Mosques et Zaouias
Souks et Artisans
Dcouvertes